Jun 15 2020
L’opinion internationale est plus positive sur la gestion de la crise en france que les citoyens français eux-memes

Paris, 15 juin 2020 – Pour la première fois, l’étude mensuelle COVID-19 Insight menée par Kekst CNC intègre une enquête d’opinion menée auprès des Français. Les résultats révèlent une certaine homogénéité des inquiétudes concernant le virus par rapport à d’autres pays, mais des craintes d’un impact durable de la crise sur l'économie nationale. Alors que d'autres pays portent un jugement positif sur la manière dont la France a géré la crise, les Français eux-mêmes se montrent majoritairement critiques envers le gouvernement, même s'ils sont très favorables aux mesures prises pour soutenir les entreprises.

L’enquête a été menée entre le 1er et le 5 juin 2020 auprès d'un échantillon représentatif de 6 000 adultes en France, aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Allemagne, en Suède et au Japon.

 

Les Français, population interrogée la plus préoccupée par l’économie

Lorsqu'on leur pose la question, les Français se distinguent des autres pays avec un tiers d’entre eux qui estiment prioritaire de préserver d’abord la santé de l'économie et d'éviter une récession, avant même la santé publique. 34 % des Français interrogés estiment que le premier objectif du gouvernement devrait être d'éviter une récession ou de nouveaux dommages à l'économie, par rapport à 22% au Royaume-Uni. 42 % pensent que la limitation de la propagation du virus devrait être sa priorité. En comparaison, 63 % des personnes interrogées au Royaume-Uni ou 52 % des Japonais sont d'avis que le gouvernement devrait avoir pour objectif premier d’endiguer l’épidémie.

En moyenne, les personnes interrogées à travers le monde se déclarent de plus en plus convaincues que l'impact de la crise sur l'économie, les entreprises et leur propre vie se ressentira jusqu'en 2021. Les Français ne font pas exception, avec des pourcentages élevés de personnes interrogées préoccupées par un impact à long terme sur l'économie (71 %), les entreprises et leur mode de fonctionnement (65 %) et le pays dans son ensemble (56 %). Parmi les Français qui travaillent à temps plein et à temps partiel, 19 % disent s’attendre à perdre leur emploi et 27 % craindre que leur entreprise ne s'effondre. 12 % des personnes interrogées ont déclaré avoir déjà perdu leur emploi, ce taux passant à 20 % pour les personnes installées dans le Nord-Est de la France.

 

Pourcentage de répondants estimant que l’impact du coronavirus va durer « Plus d'un an » ou « Plus de deux ans ». Les résultats des 3 éditions successives du COVID-19 Opinion Tracker sont présentés par pays.

Source: Kekst CNC research COVID-19 Opinion Tracker – Edition 3, 1-5 juin 2020

 

Jugement positif sur les réactions des institutions et des entreprises, critiques du gouvernement

Les Français sont assez positifs à l'égard des institutions publiques et même des entreprises des principaux secteurs économiques. Les services de santé français et les grands acteurs de l'économie tels que les services publics et la grande distribution obtiennent des scores nets positifs pour leur gestion de la crise.

Ils sont en revanche beaucoup plus nombreux à être plus critiques que positifs à l'égard de la réponse du gouvernement français et de l'Union européenne à la crise. Seuls les maires français font exception et sont loués pour leur bonne gestion de la crise : les Français sont 41 % plus nombreux à estimer qu'ils ont géré la crise de manière positive plutôt que négative. Le président Macron reçoit quant à lui une note négative nette de -17 %, qui s’illustre dans toutes les tranches d'âge, à l'exception des 18-24 ans, et qui est particulièrement mauvaise auprès des femmes (-23 %). Le Premier ministre Edouard Philippe s'en sort mieux avec une note nette positive équilibrée de 1 % pour sa gestion de la crise.

 

Différence nette entre le pourcentage des Français interrogés estimant que les personnes ou institutions présentées ont bien géré la crise du coronavirus dans son ensemble et le pourcentage de ceux estimant qu'ils l'ont au contraire mal gérée.  Par exemple, ils sont 8% plus nombreux à avoir déclaré que Santé Publique France avait bien géré plutôt que mal géré la crise.

Source: Kekst CNC research COVID-19 Opinion Tracker – Edition 3, 1-5 juin 2020

 

Parallèlement, cependant, environ la moitié des Français interrogés pensent toujours que le gouvernement français apporte aux entreprises le soutien dont elles ont besoin et qu'il intervient auprès des entreprises qui en ont besoin.

La moitié des Français interrogés estiment également que les entreprises françaises se mobilisent pendant l'épidémie de coronavirus. En revanche, ils sont largement favorables à ce que les dirigeants se consacrent à leur travail quotidien plutôt qu'à des opérations de communication dans le contexte actuel - 66 % déclarent que les dirigeants de grandes entreprises devraient se concentrer sur la contribution des entreprises à la crise, plutôt que d'essayer de se mettre en avant dans les médias nationaux.

Questionnés à propos des sujets sur lesquels les entreprises devraient se concentrer après la crise du coronavirus, les personnes interrogées ont évoqué l'action sociale et l'assistance aux personnes en difficulté, l'environnement et le climat, et la gouvernance. Les Français sont les plus enclins à souhaiter que les entreprises se concentrent sur les aides sociales et la solidarité après la pandémie (35 %), 32 % d'entre eux estimant que les questions climatiques et l'environnement devraient être prioritaires (un taux plus élevé que celui de toute autre nationalité).

 

Les autres nationalités jugent plus positivement que les Français la gestion de la crise en France

Vu de l'étranger, les Français sont considérés par les autres pays comme ayant mieux géré la crise du coronavirus que les États-Unis, le Royaume-Uni, la Chine continentale, l'Italie et l'Espagne. L'Allemagne est universellement considérée comme ayant bien géré la crise, et les Français sont particulièrement critiques sur la façon dont les événements ont été gérés aux États-Unis.

Les répondants ont été invités, par pays, à évaluer la gestion de la crise du coronavirus par chacun des autres pays. Ici est affiché le score net donné par chaque pays dans chacun des marchés étudiés, les pays présentés en colonne ayant donné leur avis sur les pays présentés en ligne. Par exemple, les Français sont 61% plus nombreux à avoir déclaré que les Etats-Unis avaient mal géré plutôt que bien géré la crise dans son ensemble.

Source: Kekst CNC research COVID-19 Opinion Tracker – Edition 3, 1-5 juin 2020

 

Enfin, les Français sont relativement sereins quant à l'avenir

Les Français considèrent que le virus est très dangereux, le classant à 8 sur 10 (10 étant le danger maximum estimé). Toutefois, seuls 44 % des Français interrogés s'attendent à une deuxième vague de l'épidémie, un résultat relativement moins élevé que dans de nombreux autres pays : 72 % des répondants au Royaume-Uni, 64 % aux États-Unis, 61 % en Suède et 59 % au Japon.

En dépit de leur inquiétude quant à la situation nationale et aux conséquences de la crise sur la France dans son ensemble, les Français sont beaucoup moins enclins que les autres nationalités à s'inquiéter d'un impact à plus long terme sur les vacances/voyages (38 %), les finances du ménage (36 %) ou leur propre vie quotidienne (31 %).

Commentant ces résultats, Elvira Eilert Pignal, Partner chez Kekst CNC France, a déclaré : « Les Français pourraient être surpris d'apprendre qu'ils sont considérés comme ayant géré la crise de manière plus satisfaisante que plusieurs de leurs grands voisins européens (l’Allemagne exceptée). Il est encourageant de constater qu’ils renouent avec un certain optimisme sur l'impact à long terme de la crise du coronavirus sur leur vie quotidienne, avec la récente levée du confinement. Toutefois, les inquiétudes relativement fortes concernant l'économie seront sans aucun doute source de préoccupation pour les décideurs publics comme privés ».

 

Méthodologie et résultats complets

  • Echantillons nationaux représentatifs de 1 000 adultes chacun en Grande-Bretagne, en Suède, en Allemagne, aux États-Unis, en France et au Japon.
  • L’enquête terrain s'est déroulée du 1er au 5 juin 2020.
  • Quotas et pondérations introduites sur le sexe, l'âge et la région dans chaque pays.
  • Marge d'erreur de +/- 3,3 % pour tous les pays.

Les résultats complets de l'enquête sont disponibles à l'adresse suivante : https://www.kekstcnc.com/insights/covid-19-opinion-tracker-edition-3/

 

 

L’opinion internationale est plus positive sur la gestion de la crise en france que les citoyens français eux-memes